Vaccin contre la grippe : comment ça marche ?

A refaire chaque année, la vaccination contre la grippe est recommandée chez les personnes à risque de complications si elles contractent un virus grippal. Qui sont-elles ? Que contient le vaccin contre la grippe ? Est-il efficace ? Qui peut vacciner ? On fait le point avec un expert.

 

 

 

Vaccin contre la grippe : comment ça marche ? © iStock
close
volume_off

Grippe... Ce mot oublié pendant quelques mois se rappelle à notre bon souvenir en octobre, quand démarre la campagne de vaccination. Celle-ci se poursuit généralement jusqu'à fin janvier.

 

Que contient le vaccin contre la grippe ?

 

Le vaccin contre la grippe est fabriqué à partir de virus inactivés. Il ne contient pas de virus vivant, « il n’y a donc aucun risque de transmission de la grippe par le vaccin », indique le Pr Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Grenoble.

Sa composition est définie chaque année pour s’adapter aux virus grippaux qui peuvent circuler, ces derniers étant très changeants. C’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui est chargée, en amont, de leur surveillance. Le vaccin antigrippal pour l'hiver 2018-2019 contient des virus appartenant aux souches suivantes :

  • deux souches A :  souche A/Michigan/45/2015 (H1N1) (sans changement par rapport au vaccin 2017-2018) et souche A/Singapore/INFIMH-16-0019/2016 (H3N2) (nouvelle par rapport au vaccin de l'hiver dernier) ;
  • et deux souches B (également nouvelles): souche B/Colorado/06/2017 (lignée Victoria) et souche B/Phuket/3073/2013 (lignée Yamagata) .

C'est la première fois cette saison que des vaccins tétravalents (qui protègent contre quatre types de virus) sont mis à disposition et pris en charge. Ces vaccins tétravalents sont : Influvactetra, Vaxigriptetra et Fluarixtetra.

Un vaccin trivalent, Influvac, contenant les deux souches A et la souche B de la lignée Victoria est également disponible, mais en quantité limitée.

Quand faut-il faire le vaccin contre la grippe ?

Dès qu’il est disponible en pharmacie, avant la circulation active des virus grippaux (à partir du samedi 6 octobre cette année). Son efficacité couvre largement la période épidémique. Une seule injection est nécessaire.

 

Le vaccin antigrippal présente-t-il des risques ?

Au rang des effets indésirables, « il peut y avoir une douleur locale, puisqu’il s’agit d’une injection, ainsi qu’une petite rougeur. Deux ou trois jours après la vaccination, on peut noter un léger pic de température, temporaire, sur 24 heures ».

Comme les formes disponibles en France ne contiennent pas d’adjuvant, et donc pas d’aluminium, la vaccination ne risque pas d’induire une inflammation plus grave.

Les rares cas de narcolepsie et de syndrome de Guillain-Barré signalés ont été décrits surtout après la vaccination contre la grippe pandémique, et non pas celle contre la grippe saisonnière.

 

Comment agit le vaccin antigrippal ?

L’organisme, au contact des fractions du virus rendu inoffensif, va développer des anticorps, défenses immunitaires spécifiques qui le protégeront face au virus.

Compter « environ 15 jours après la vaccination pour être protégé contre la grippe », le temps que le système immunitaire réagisse.

 

Quelles sont les contre-indications ?

  • Le vaccin peut être contre-indiqué dans les rares cas d’allergie aux protéines de l’œuf. Il convient alors de prendre conseil auprès d’un allergologue car le vaccin est fabriqué avec ces protéines.
  • Prudence également en cas de maladies auto-immunes qui touchent le système nerveux central.

Qui a vraiment intérêt à se faire vacciner contre la grippe ?

  • Les personnes de plus de 65 ans,
  • les personnes (dont les enfants dès l'âge de 6 mois) souffrant de maladies chroniques (insuffisance respiratoire ou cardiaque, asthme, diabète, mucoviscidose…),
  • les patients ayant une diminution de l’immunité,
  • les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse,
  • les personnes obèses,
  • les professionnels de santé,
  • et les personnes travaillant sur des bateaux de croisière ou des avions.

Pour ces personnes à risque, la vaccination est gratuite.

Les modalités de vaccination ont été simplifiées pour la saison 2018-2019 : la personne reçoit à son domicile le bon de prise en charge par l'Assurance-maladie (valable jusqu'au 31 janvier 2019). Si elle a plus de 18 ans, elle peut retirer le vaccin directement chez le pharmacien sans consultation médicale, même s'il s'agit de sa première vaccination antigrippale.

Si la personne est mineure, c'est son médecin traitant qui doit lui prescrire le vaccin, à retirer ensuite chez le pharmacien.

Si une personne considérée à risque ne reçoit pas le bon de prise en charge, son médecin traitant, ou une sage-femme, ou un pharmacien, peut en éditer un, ce qui lui permettra d'être remboursée.

 

Par qui se faire vacciner ?

  • La vaccination peut être pratiquée par un médecin traitant, un médecin exerçant dans un centre de vaccination, le médecin du travail, une sage-femme.
  • Un infirmier libéral est habilité à vacciner, sauf chez une personne présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l'ovalbumine (protéine de l’œuf) ou à une vaccination antérieure. Dans ce  cas, une ordonnance médicale reste indispensable..
  • Une expérimentation, en cours jusqu'en 2020, concerne la vaccination en officine. Dans les quatre régions concernées (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Hauts-de-France), les pharmaciens peuvent effectuer cette vaccination, sauf chez une personne présentant des antécédents de réaction allergique aux protéines de l’œuf ou à une vaccination antérieure.

Le vaccin contre la grippe est-il remboursé ?

Le remboursement à 100 % concerne uniquement les populations identifiées à risque.

 

Peut-on se faire vacciner si l’épidémie a commencé ?

Oui, « il est toujours possible, et temps, de se faire vacciner », précise l’infectiologue.

 

Quelle est l'efficacité du vaccin ?

On le sait, l'efficacité du vaccin n'est pas totale : en moyenne, on estime que la vaccination permet d'éviter une grippe sur deux. L'efficacité varie aussi d'une personne à l'autre et d'une saison à l'autre, selon que les souches contenues dans le vaccin sont effectivement bien celles qui sont en circulation.,

Ce qui est sûr : le vaccin protège des formes graves de la grippe. Les risques de complications et d'hospitalisation, si la personne contracte malgré tout la grippe, sont en effet bien moindres que chez une personne non vaccinée. 

https://www.santemagazine.fr/traitement/medicaments/vaccin-contre-la-grippe-comment-ca-marche-170946